Les Enfants du Silence de Tan Hagmann

Les Enfants du Silence 
Tan Hagmann
Roman de 445 000 caractères, 75 800 mots.
— Mais tu es sûr de le pouvoir ? De pouvoir t’occuper d’un enfant ?
— J’en suis absolument certain ! lui certifia Kristian. Du moins si, toi, tu es toujours prêt à t’occuper de moi…
Il sentit Déa se crisper, et ses muscles, sous sa peau, jouer avec nervosité. Kristian se retourna pour l’embrasser mais Andréa l’esquiva. C’était pour ce dernier très clair, il n’était pas question que qui que ce fût vînt lui disputer l’amour de sa muse !

Après Bi Live in Me et La Couleur de l’Enfer, Tan Hagmann nous livre, avec Les Enfants du Silence, le dernier volet de sa trilogie musicale. À l’heure où la question de l’homoparentalité reste un sujet controversé, une belle histoire, pas si tendre, d’amour fou et de compromis.