Les visages de Novembre de Fabrice Fillistorf

Les visages de Novembre
Fabrice Fillistorf
Roman de 286 000 caractères, 49 350 mots, 238 pages en équivalent papier.
À la mort de sa mère, après une absence de plus de vingt ans, Novembre retourne dans la ferme familiale. Il y retrouve son frère Marchal, grand homme austère et sauvage. Le passé et les secrets refont surface.
« Novembre étendit la couverture et se coucha. Après un moment, Marchal le rejoignit, retira son pull et s’allongea de toute sa masse sur l’herbe. La tiédeur de l’air finit par avoir raison de leur distance. »
Ils se sont retrouvés et personne en dehors d’eux ne peut les comprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *