Archives de catégorie : Brières, Jean-Marc

Chut !!! de Jean-Marc Brières

Chut !!!
Jean-Marc Brières
168 000 caractères, 28 000 mots.
« … Des sans foi ni loi entre dix-huit et trente-cinq ans, tous bâtis comme des athlètes. Là-dedans, tu ne fais pas une semaine. Avec ta gueule de jouvenceau et ton cul plein de promesses cochonnes, tu passeras à la casserole vite fait. Ils baisent tout ce qui passe sous leurs yeux, mais n’arrêtent pas de beugler que seules les femelles les intéressent et que jamais ils ne foutront leur sale queue dans le cul d’un mâle. T’as besoin de quelqu’un qui te protège… « 

Fred de Jean-Marc Brières

Fred
Jean-Marc Brières
295 000 caractères, 50 600 mots.
 » … j’ai toujours eu envie de toi, malgré ta féminité. Ensuite, tu as changé, tu t’es virilisé pour me plaire davantage. Je ne l’ai pigé qu’il y a quelques jours. Je peux te dire toutes les fois où nous nous somme mélangés, toi et moi, même durant la période où je fréquentais….
… Je peux aussi te dire les noms des mecs avec qui tu as couché et que tu m’as présenté. Je les enviais un peu, une graine de jalousie faut croire. J’ai pigé que je t’aimais au point de te présenter à mes parents, à mes frères et sœurs … Pourquoi t’avoir amené ici malgré notre première intention d’aller à la plage ? Parce que je sais maintenant que tu es le mec qu’il me faut. Tu es honnête, gentil, et tu te fais baiser comme j’aime. Tu m’adores et j’aime ça aussi. Pardonne-moi de ne pas t’avoir dit tout ça plus tôt, mais je viens juste de m’apercevoir de ce que j’éprouve réellement pour toi. En fait, je pense avoir toujours eu le béguin pour tézigue…  »
Le retour du truculent Jean-Marc Brières !

Quatre histoires plausibles de Jean-Marc Brières

Quatre histoires plausibles
Jean-Marc Brières

Pulps de 291 000 caractères, 49 000 mots

Tanguy & les autres
… Apaisées les chairs, Hervé s’inquiète :
— Ça te chamboule pas trop le ciboulot qu’on baise ensemble, frangin ?
— Non, pas du tout. Frères, oui, mais sur les papiers officiels. Pas frères de sang.
— Et si c’était le cas ?
— Je ne sais pas trop. De toute façon, ce n’est pas le cas. Pourquoi soulever la question ?
— Juste comme ça….

Problème « conjugal »
— Veux-tu venir dîner ce soir à la maison ? On pourra mieux faire connaissance. Et puis, je ne suis pas trop « sitôt je te vois, sitôt je couche avec toi », même si ma façon d’aborder peut paraître trop directe voire brutale. Il y aura JC, mon homme avec qui je vis. Il t’appréciera. C’est un type plein de bonnes choses. Qu’est-ce que tu en dis ?
— Je ne sais pas trop. Je ne veux pas vous déranger…
— Si je te le propose c’est que tu ne dérangeras pas.
— Mais tu crois vraiment que ton copain…
— T’inquiètes ! Il est très sympa, tu verras.

Préféré du quatuor
— Pourquoi me regarder ? Je n’ai jamais parlé de nos premières rencontres parce que j’estimais que c’était à vous de le faire… Je suis le seul homo de la bande, vous êtes, ou avez été, mariés. Mes premiers ébats avec chacun de vous demandaient une grande discrétion. Je crois avoir bien agi en me taisant sur le sujet. Tout ce que vous avez raconté est exact, même si vous exagérez sur mes prouesses sexuelles, mes appétits. Je ne regrette rien puisque, aujourd’hui, nous sommes les meilleurs amis qui soient.

Vrais sosies, faux semblants
… Claudio ne répond pas. Il ne sait pas quoi dire. En fait, si. Il voudrait demander à cette femme de se taire, de respecter son émoi mais aussi sa joie devant tant de merveilles. Il voudrait pouvoir contempler à loisir ces deux hommes, les toucher, les embrasser, voire plus si affinités… S’il le pouvait, il se jetterait sur eux deux, les supplierait de faire ce qu’ils voudraient de lui. Il serait leur chose… enfin tout et n’importe quoi pourvu qu’ils le gardent…

Amour, gloire ou quiétude de Jean-Marie Brières

Amour, gloire ou quiétude
Jean-Marie Brières
Pulp très long de 270 000 caractères, 45 000 mots
… Afin de se vider la tête, d’en revenir à une vie plus calme, plus sereine, Léonard envisage l’avenir. En effet, sa maison sera très bientôt achevée, tout comme le jardin. Arrive le moment de penser au second grand projet de sa vie : retrouver Valérien. Cet objectif ne doit, en aucun cas, lui sortir de la tête. Ne plus penser à Cédric s’avère indispensable. Certes, le garçon l’a révélé aux véritables plaisirs de la chair. Mais leur relation s’arrête à cela. D’ailleurs, le tennisman ne lui a pas caché être amoureux d’un autre homme…

Profession « Régulateur »

Profession « Régulateur »
Jean-Marc Brières
Roman très long de 737 000 caractères, 125 000 mots
… mais simplement pour me guider dans la quête de l’Être idéal que je viens d’entrevoir les quatre fers en l’air, quête que je promets de mener à bien quoiqu’il m’en coûte. Si je n’agissais pas ainsi, j’aurais la sensation de n’avoir rien fait pour mon bonheur, pour me faire une vie heureuse. En somme, un coup de foudre m’a totalement métamorphosé en amoureux transi…

Club des Diablotins de Jean-Marc Brières

Club des Diablotins
Jean-Marc Brières
Pulp de 385 000 car.
Vous savez les élèves comme vous viennent me faire du gringue. Ça me gêne et je n’ose pas les rabrouer. Je ne suis pas intéressé par des gamins.
J’entends beaucoup parler, dans les écuries, dans les cuisines, un peu partout. On jase sur les intimités entre vos camarades. Vous n’y échappez pas, d’ailleurs. Certaines mauvaises langues disent même que ce collège est une vraie maison de tolérance exclusivement réservée aux jeunes hommes, dans laquelle se déroulent des paillardises incessantes. Je cite. Voilà qui peut vous nuire auprès de vos parents. Ce qui me chagrinerait beaucoup. J’éprouve une grande admiration pour vous qui aimez tant les chevaux. Je ne voudrais pas qu’il vous arrive malheur…

Chemin des études… de Jean-Marc Brières

Chemin des études
Suivi de Au temps bénis… et de Sexa en folie
Jean-Marc Brières
Pulps de 340 000 car.
Durant l’inter-cours, les sujets de conversation ne manquent pas, chacun d’exprimer son ressenti concernant le spectacle donné par le couple Joé et Mika. Ces derniers, nettement séparés, ne disent mot, savourant leur plaisanterie tout en regrettant de n’avoir pu agrémenter leur exploit par quelques attouchements plus appropriés. Certes, ils n’en sont pas vraiment conscients. Cependant, une envie les pousse l’un vers l’autre.

Malik l’éveillé de Jean-Marc Brières

Malik l’éveillé
Jean-Marc Brières
Pulp de 268 000 car.
Que dire de ses grands yeux marron clair toujours rieurs ? Sans omettre sa bouche aux lèvres charnues, magnifiquement dessinées, qui me rappellent celles tant embrassées de mon Tom. Un visage des plus agréables, couvert aux endroits adéquats d’un splendide duvet brun faisant ressortir sa virilité déjà bien affirmée. L’objet de ma fascination secrète fait partie de ces exceptions s’agissant du savoir-vivre. Peu m’importe, il est trop craquant !
Les aventures de Malik, un demi Beur éveillé, de ses débuts à sa vie de post-ado – pré-adulte.

Omar et les autres de Jean-Marc Brières

9782363079534

Omar et les autres
Jean Marc Brières
Pulp de 290 000 car.
Omar s’inquiète de ce que la cave familiale soit un vrai foutoir, y met de l’ordre, la vidant en partie de ce qui ne servira jamais plus, non sans insister auprès de sa mère conservatrice incorrigible. Il répare la lumière, aidé de deux copains, arrange la porte qu’il munit d’un verrou de sûreté. Son père le félicite, sans chercher à connaître la raison de cet intérêt pour une cave bien rangée. Un peu plus loin, certains locaux connaissent bien des modifications. Qu’importe puisqu’ils ne sont à personne !

Pourquoi pas nous ? de Jean-Marc Brières

9782363079558

Pourquoi pas nous ?
Jean Marc Brières
Pulp de 320 000 car.
Riton, 37 ans, chef de chantier, un colosse qui n’admet aucune opposition une fois la décision prise par son patron ou son représentant. Il connaît son métier. Il connaît ses hommes, qualités et défauts inclus. Il attire la confidence ce qui lui permet de découvrir certaines faces des personnalités de ceux qu’il dirige. Il parle peu, ne crie jamais, plaisante rarement. Un gars bien, disent les autres.
Et 4 autres nouvelles : Eux aussi, M’sieur ; Touche-moi et je t’assomme ; Messires Martin, Joseph & Cie ; Ite Missa est !