Archives de catégorie : Fulbert, Maxime

Le dernier film de Louis John-Johns de Maxime Fulbert

Le dernier film de Louis John-Johns
Maxime Fulbert
Roman de 469 000 caractères, 80 200 mots, 390 pages en équivalent papier.
Valentin est un jeune professeur de lettres rouennais, homosexuel, d’une vingtaine d’années. Il souffre de l’image que lui renvoient ses élèves. Réalité ou légère paranoïa ? Bien que ses parents soient des psychiatres compétents et aimants, il ne s’est pas confié à eux, ni n’a osé de coming-out en général.
Le hasard d’un terrible accident de voiture lui fait rencontrer le jeune et talentueux cinéaste gay Louis John-Johns.
Une amitié naît entre eux et lorsque Louis sort de l’hôpital, il propose à Valentin de venir avec lui à Montréal, découvrir sa famille et le milieu du cinéma. Valentin s’attache à Louis, mais ce dernier, malgré son inclination pour Valentin, vit avec un quadra et héritier milliardaire, Arnold Virgatti.
Un triangle complexe se constitue fait d’espoirs et de souffrances, jusqu’à ce qu’un certain Joshua fasse irruption dans l’histoire de Valentin. Le quatrième homme est impétueux et semble parfois souffrir de crises. Quel avenir pour Valentin ?

L’Étrangleur de Maxime Fulbert

L’Étrangleur
Maxime Fulbert
446 000 caractères, 55 200 mots.
Rouen, ville plutôt calme habituellement. Un tueur en série s’en prend à des jeunes gays de la ville. Il opère toujours de la même façon. Il étrangle les jeunes gens avec des gants noirs. Le commissaire Wastings, quarante-cinq ans, portant beau, doit retrouver l’assassin. L’enquête est difficile et comporte des embûches. Le fils du préfet est l’une des victimes. Par ailleurs, le capitaine de la scientifique part à la retraite. Le lieutenant Garnier lui succède. À sa vue, Wastings ressent un coup de foudre. Ce n’est pourtant pas son genre. Est-ce que ces deux hommes vont pouvoir travailler ensemble, dans une ville de province où tout se sait, dans un milieu professionnel fortement machiste et homophobe ?

Arizona trip de Maxime Fulbert

Arizona Trip
Maxime Fulbert
Pulp de 187 000 caractères, 32 400 mots
Bruce Briggs, rédacteur en chef du Daily Phoenix, le journal du soir le plus lu en Arizona, m’a signalé, il y a un an, la parution du roman de Stephen Carters, Arizona Trip, chez Condor Books. Il sait que je suis un traducteur affamé de romans gays américains. Il a évidemment fait mouche en me proposant le truc. Je me suis jeté dessus. Bruce m’a indiqué que le roman est ce qu’on appelle un roman à clés. Il faut en effet voir chez certains personnages, notamment les Reynolds père et fils, des « personnalités » connues du grand public arizonien. C’est au point que Stephen Carters a quitté l’Arizona et se terre dans une maison de la Côte Est, perdue dans la campagne. Il n’est pas protégé comme le serait un type qui aurait écorné le gratin de la mafia, mais pas loin. Peut-être me suis-je mis aussi en danger aussi ? Je n’en sais foutre rien. En tout cas, je tenais à ce que les Français fervents lecteurs de romans gays, mais qui ne lisent pas l’anglais, bénéficient de ce texte.
Maxime Fulbert

Le vicomte Julien Ambret du Theuil de Maxime Fulbert

Le vicomte Julien Ambret du Theuil
Maxime Fulbert
Roman de 390 000 caractères.
Julien Ambret du Theuil est un jeune aristocrate de vingt ans qui vit mal son homosexualité.
Sa mémoire photographique le gêne dans sa scolarité. Ses parents souhaitent qu’il entreprenne une troisième terminale, au lycée Camille Saint-Saëns de Rouen. Il doit mener des études supérieures pour reprendre l’usine familiale.
Julien intègre un groupe pour décrocheurs scolaires. Le professeur principal est quadragénaire séduisant qui le fascine. Il amène Julien à évoquer sa mémoire absolue, laquelle comporte une dimension temporelle exceptionnelle.
Que cachent les profondeurs de cette mémoire ?

Enlightenment, Les lucioles du lointain de Maxime Fulbert

Enlightenment, Les lucioles du lointain
Maxime Fulbert
Pulp de 376 000 car.
Johan Wulifird est un bel étudiant franco-norvégien, fils d’un riche industriel. Damien Garnier, qui suit les mêmes cours que lui, en est amoureux, sans oser le lui avouer. Un matin d’été, Damien se réveille dans la chambre de Johan sans se souvenir d’y être venu la veille… Un amour fou va commencer, épicé par un fétichisme particulier à Damien, auquel Johan se livre avec plaisir. Cependant, leur belle relation est perturbée par des phénomènes étranges. En effet, Damien est, de temps en temps, pris dans un halo lumineux particulaire. Le phénomène s’intensifie. Les deux garçons vont découvrir une autre dimension…

La rose de vie de Maxime Fulbert

La rose de vie
Maxime Fulbert
Simon, lycéen, aime Florent, un de ses camarades de classe plus connu pour son physique avantageux que pour ses résultats scolaires. Les deux garçons complémentaires se rapprochent. Florent a un complexe incompréhensible : il n’aime pas son nez et souhaite le refaire. Tommy Bolton, un étudiant américain, troublé par Florent, et adepte de La Rose de vie propose à ce dernier de lui offrir l’intervention esthétique en Californie. Simon a peur que ce cadeau cache un endoctrinement à une secte.