Archives de catégorie : Peyrefitte, Roger

Notre Amour de Roger Peyrefitte

Notre Amour
Roger Peyrefitte
Roman de 315 000 caractères, 54 000 mots.
Roger Peyrefitte rencontre Alain-Philippe Malagnac, figurant lors du tournage des Amitiés particulières à l’abbaye de Royaumont. Ce dernier est âgé de douze ans et demi. Ils tombent mutuellement en admiration l’un pour l’autre. C’est cet épisode que relate Notre Amour.
Commence alors une longue relation professionnelle et amoureuse entre eux. À dix-huit ans, Malagnac occupe la fonction de secrétaire particulier de Peyrefitte.
Un mois sépare leur décès fin 2000, novembre pour Roger, décembre pour Alain-Philippe.

L’Exilé de Capri de Roger Peyrefitte

9782363078322

L’Exilé de Capri
Roger Peyrefitte
Cette édition comporte 10 photos et illustrations et 6 annexes dont des écrits de Jacques d’Aldelsward-Fersen.
Dans l’Exilé de Capri, Roger Peyrefitte est le biographe du Baron Jacques d’Adelsward-Fersen, riche héritier des Aciéries de Longwy. Né en 1880, décédé à Capri en 1923, à l’âge de 43 ans par excès de drogue.
Ses rentes lui permettent une vie guidée par ses envies. Suite à un scandale à Paris, de jeunes lycéens jouent chez lui des pièces antique en tunique grecque, ce dernier doit quitter la capitale et s’exile à Capri. Lors d’un voyage à Rome, il rencontre un jeune manœuvre, Nino Cesarini, qu’il embauche pour en faire son futur secrétaire. Jacques et son amant resterons unis jusqu’au décès de son protecteur, malgré quelques infidélités du jeune garçon vers le beau sexe.
Jacques construit une villa luxueuse au nord-est de Capri pour y accueillir son amour. Certains scandales entachent son image auprès des îliens, mais ces derniers sauront lui pardonner et le reconnaître en lui un personnage mythique de l’île, qu’il est encore aujourd’hui.

Wilhelm von Gloeden de Roger Peyrefitte

Wilhelm von Gloeden

Wilhelm von Gloeden
de Roger Peyrefitte
À 22 ans, Wilhelm von Gloeden se rend en Sicile pour s’y refaire une santé. Fasciné par la beauté des jeunes garçons de Taormina, il se lance dans la photographie. Les clichés d’éphèbes du baron rencontrent immédiatement un vif succès.Ils sont exposés dans de célèbres galeries et reproduits par des magazines renommés. On apprécie ses compositions qui rappellent l’Antiquité.
Roger Peyrefitte, à qui l’on doit tant sur le plan de l’évolution des moeurs au XXe siècle, admire profondément l’oeuvre de Gloeden. Il devient le plus célèbre collectionneur de ses photographies. Avec cette biographie, écrite lors d’un séjour à Taormina, il lui rend le plus bel hommage que le baron ait jamais reçu.
La plupart des photographies contenues dans le cahier de cinquante pages proviennent du fonds Roger Peyrefitte.
Préface d’Alexandre de Villiers Exécuteur testamentaire de Roger Peyrefitte

Roy de Roger Peyrefitte

Roy

Roy
de Roger Peyrefitte
Roy n’est pas à mettre entre toutes les mains. Roger Peyrefitte y montre une sexualité exacerbée et sans tabous.
Lorsqu’il écrit ce livre à la fin des années 70, Roger Peyrefitte revientd’un long séjour en Californie. Il découvre là une liberté sexuelle encore inconnue. Dans cet État, les seventies sont les fruits des conquêtes des mouvements hippies prônant la paix et la liberté sexuelle. Pour la première fois, on peut et on veut faire l’amour pour le plaisir. L’expression du désir physique devient un nouvel art de vivre. De nouveaux établissements s’ouvrent dans le seul but avoué de favoriser les relations charnelles entre partenaires de rencontres.
Tout cela émoustille intellectuellement un Roger Peyrefitte qui n’a plus rien à prouver et qui laisse libre cours à son imagination et son désir de provoquer ses chastes contemporains. Sur un fond de lutte politique pour la reconnaissance de l’homosexualité, l’auteur décrit les découvertes sensuelles d’un (très) jeune fils de famille de Beverly Hills, quartier résidentiel de Los Angeles. Alliant la nécessité culturelle de gagner de l’argent au plaisir, Roy devient un prostitué chic, allant de clients célèbres en protecteurs richissimes.
À une époque où les infections sexuellement transmissibles se soignaient très facilement à coups d’antibiotiques, Roy se laisse aller à toutes les découvertes et profite de tous les plaisirs. Le ton très libre de Roger Peyrefitte dans cet ouvrage le réserve à un public averti.
(épuisé en format papier)
Illustration de couverture : Sven de Rennes http://www.svenderennes.com/

Les Amitiés particulières de Roger Peyrefitte

9782914679169

Les Amitiés particulières
de Roger Peyrefitte
Lu au fil d’Internet :
Roger Peyrefitte (Castres, 17 août 1907 – Paris, 5 novembre 2000) démissionne de la diplomatie pour se consacrer à l’écriture des Amitiés particulières. Publiée en 1944, cette œuvre reçoit le prix Renaudot 1945. Ce coup d’essai est un coup de maître qui propulse le nom de Roger Peyrefitte au tout premier plan de la littérature. Ce roman décrit les relations de deux adolescents dans un collège de jésuites coupé du monde extérieur. Tout y est dit avec une discrétion et un style inimitables. Qu’on en juge par cette interrogation que le jeune Alexandre soumet à son ami : « Georges, sais-tu les choses qu’il ne faut pas savoir ? ». Tout le livre est à découvrir lentement et non à dévorer d’un trait ; la perfection. Wikipedia.org
C’est un drame magnifique, un de mes livres préférés. Deux adolescents donnent une belle leçon de vie, d’amour – et de mort – aux adultes qui ont détruit leur bonheur innocent. J’ai versé des pleurs sur ce chef-d’oeuvre… Cécile, lu sur Bookenstock.com
Ce livre relate la plus belle histoire d’amour vécue entre deux jeunes garçons, avec une finesse inouïe, une très grande délicatesse et beaucoup de romantisme.J’en recommande la lecture à toute personne qui ayant profondément aimé une fois dans sa vie ne manquera pas de s’y retrouver. Pour celles qui ne savent pas encore ce que l’amour veut dire ; alors, ce roman, quelle leçon magistrale ! Ralf, lu sur Linternaute.fr