Archives de catégorie : Tremblay, Roland-Michel

Westminster

Westminster
Roland Michel Tremblay
Roman de 437 000 car., 76 500 mots
Après Un Québécois à ParisUn Québécois à New-York et Un Québécois à Londres, Roland Michel Tremblay nous fait part de sa vie d’homosexuel dans la capitale de sa Très Gracieuse Majesté. Il rentre à Westminster le cœur du pouvoir anglais. Son patron gai ne s’assume pas de peur d’éliminer toutes ses chances d’avancement, tout le monde pense que Roland Michel est tombé en amour de son assistante, une Brésilienne qui a tout de la transsexuelle. Roland Michel n’est pas homme à se cacher trop longtemps, il avoue être gay convaincu que cet aveu sera un désastre pour lui.
Westminster est un véritable roman, passionnant où l’imprévu fait place à l’étonnant. Un excellent Roland Michel Tremblay.

Un Québécois à Londres 
de Roland Michel Tremblay

QL

Un Québécois à Londres
Roland Michel Tremblay
580 000 caractères (420 p.)
Après Un Québécois à Paris et Un Québécois à New York, ce troisième et dernier volet de la trilogie décrit de la vie cahotique et mouvementée de Roland Michel Tremblay. Il conte ses aventures de jeune gai dans l’univers des bars, pubs, clubs, aux prises avec des relations multiples, la musique indie et l’alcool. Des éléments urbains londoniens qui abordent la vie sociale hiérarchique dans l’univers des conférences européennes. Qu’est devenue la vie de l’humain enfermé à jamais sous la terre dans l’Underground, à voyager vers le centre de Londres, à travailler dans une tour à bureau où la verdure n’existe plus ?
Roland Michel Tremblay continue son exploration existentielle au travers de multiples aventures.
Vente uniquement en version numérique

Illustration : Sven de Rennes http://www.svenderennes.com/

Un Québécois à New York de Roland-Michel Tremblay

Un Québécois à New York

Un Québécois à New York
de Roland-Michel Tremblay
À 22 ans, Roland Michel vient d’abandonner ses études à la Sorbonne. Il quitte Paris pour se retrouver avec Sébastien à Londres. Cette relation de quatre ans se termine, le retour au Canada est inévitable. Seul au Québec, Roland Michel redécouvre les plaisirs d’une jeunesse insouciante. Il sort dans les bars gais, flirte et fait l’amour avec deux garçons de 18 ans. L’un d’entre eux s’amourache follement de lui.
C’est pourtant Ed à New York qui occupe ses pensées et il se décide enfin à le rejoindre. Ils partagent sexe et rêve avec passion. Après plusieurs semaines du rythme de vie new-yorkais, Roland Michel prend conscience qu’il n’est pas fait pour cette ville. Il revient vers Sébastien maintenant à Toronto, mais celui-ci le tient à distance. Seul, il retournera donc au Québec pour faire le bilan de cette vie sexuelle tumultueuse.
Un Québécois à New York est un récit autobiographique d’un style humoristique. Roland Michel se cherche à travers l’affection d’autrui, mais ne réussit pas à se trouver une place dans ces grandes villes qu’il affectionne pourtant. Cette période l’oblige à faire le point sur sa vie sociale et amoureuse. Le sexe peut-il pallier le grand amour ? La vie de couple gai est-elle possible ?
Aujourd’hui Roland Michel habite l’Angleterre où il a obtenu une maîtrise en littérature française de l’Université de Londres. Il continue sa crise existentielle à travers l’écriture de scénarios pour le cinéma et la télévision.

Un Québecois à Paris de Roland-Michel Tremblay

Un Québecois à Paris

Un Québecois à Paris
de Roland-Michel Tremblay
Roland, à 21 ans, est à la croisée des chemins. Il vit entre deux mondes : homosexuel et hétérosexuel, francophone et anglophone, Sébastien et Edward. Au sortir de l’adolescence, c’est l’heure des choix. Le rêve de ce « cute » Québécois, que l’on drague pour sa gueule d’ange, est d’aller à Paris pour y étudier à La Sorbonne et y rencontrer l’homme de sa vie. Un Québécois à Paris est un récit autobiographique : Roland raconte cette éducation sentimentale où se mêlent jeunesse, sexe, jalousies, voyages, quête de soi et de l’autre. Ses longues mèches le font passer pour une tapette aux yeux de tous : c’est sa manière de se déclarer « gay ». Roland nous entraîne dans sa vie avec réalisme et sensibilité. On ne peut que tomber amoureux de lui. Pour le rencontrer, il faut aller à Londres, où il vit aujourd’hui et écrit des scénarios pour le 7e art après avoir obtenu sa maîtrise en littérature.
Illustration : Sven de Rennes
http://www.svenderennes.com/