Archives de catégorie : Nibelong, Tristan

Chasse au daguet de Tristan Nibelong

Chasse au daguet
Ou À la poursuite des beaux garçons
Tristan Nibelong
Roman de 60 600 mots, 350 000 caractères
Étudiant à la Sorbonne, Tristan Nibelong prépare une thèse sur la littérature érotique homosexuelle en France au siècle des Lumières.
Au cours de ses recherches en bibliothèque, il exhume un manuscrit oublié, dans lequel un proche du roi Louis XV conte ses aventures galantes avec de jeunes et beaux garçons à l’occasion d’un séjour de la Cour à Compiègne en 1764.
Une dizaine d’années après sa découverte, voici enfin ce texte, présenté dans une langue à peine actualisée.
« Je n’eusse pas espéré que l’homme se montrât aussi docile. Il soupira, se leva et gagna la porte, tout nu. Jetant une œillade à travers une fenêtre, je le vis qui cheminait vers le puits. La maison était certes loin du village, on ne risquait guère de l’apercevoir de là, mais je fus persuadé que la chose relevait du peu de pudeur que les gens du peuple mettent à exhiber leur intimité. Il se mit à tirer de l’eau et à s’en asperger à grands seaux. On était à la mi-journée ; il faisait très chaud… »

6,99 € en numérique, 14 € au format papier

Cœur à corps de Tristan Nibelong

9782363075031

Cœur à corps
Tristan Nibelong
Roman de 400 000 caractères
Paris, au tournant des années 2000. Alexandre, 29 ans, sort d’une aventure malheureuse avec Clément. Traîné en boîte par son copain Jérémie, il y fait la connaissance de Fabien, avec lequel il commence une relation. Fabien veut être père, ce désir ne taraude pas Alexandre. Lydie, collègue de travail et meilleure amie d’Alexandre, s’immisce dans leur couple. Fabien et Lydie finissent par acheter ensemble un pavillon en banlieue. Lydie tombe enceinte de Fabien. Alexandre, se sentant abandonné, se réfugie vers des expériences sexuelles BDSM. Victime d’une agression homophobe sur le quai désert du RER au sortir d’une de ces soirées extrêmes, il est sérieusement blessé au visage. Il finira par retrouver goût à la vie entre les bras de Sébastien, le jeune et sage chirurgien fou d’opéra qui l’aura « réparé » à l’Hôtel-Dieu.