Archives par mot-clé : roman

Les Painkillers de Karen MacKenzie de Olivier Avellana

Les Painkillers de Karen MacKenzie
Olivier Avellana
Roman de 117 000 caractères, 22 000 mots, 98 pages en équivalent papier.
La nuit, Zéphir revêt son costume de parfait cocaïnomane dans lequel il est tellement à l’aise et qui lui permet d’enchaîner de nombreuses aventures d’un soir. Des centaines de visages et de plans cul dont il oubliera ensuite les prénoms, les traits, les corps.
Le jour, il dégringole de son petit nuage sur lequel il est la star d’une nuit. Il essaie tant bien que mal à survivre sans argent – tout est investi dans les drogues, les cigarettes et l’alcool –, mais surtout sans espoir. Peut-être sera-t-il obligé de continuer à écrire des inepties pour un journal people alors qu’il termine son premier roman. À moins que ses absences répétées feront qu’il soit viré…
Heureusement, un personnage fascinant arrive dans le champ. Il s’agit d’une éditrice fantasque qui prend Zéphir sous son aile et l’aide à finir le roman qu’il lui a soumis. Il n’attendait que ça, être publié, mais il panique à l’idée que sa vie soit étalée au grand jour et à mesure que l’anxiété augmente, il s’enfonce de plus en plus dans la drogue et le sexe.
Justine arrivera-t-elle à le sauver ? Arrivera-t-il lui même à se sauver, lui qui est tellement attiré par la mort. Que restera-t-il de ce roman ? Sa non-existence ? Un pavé jeté dans la mare.

Le Garçon qui ne parlait à personne de Guy Bergère

Le Garçon qui ne parlait à personne
Guy Bergère
Roman de 287 000 caractères, 49 500 mots, 240 pages en équivalent papier.
L’entrée en seconde fait connaître à Éric de nouveaux visages. En particulier, ce camarade dont plusieurs se moquent de son prénom un peu suranné et profitent de son caractère timoré pour l’éreinter sans trêve. Leur victime fait le gros dos, reste dans son coin et ne parle à personne, au point que certains l’ont surnommé « le glaçon ».
Or Éric se rend compte que ce garçon martyrisé lui ressemble beaucoup, aussi bien de caractère que de goûts. Plus encore : ce garçon lui plaît ! Quoique intimidé par les gaillards qui oppriment celui qui l’a ému, il n’aura de cesse de tenter de lui venir en aide et de gagner son cœur.

Storm de Mélia Lavert

Storm
Mélia Lavert
Roman de 224 000 caractères, 41 950 mots, 186 pages en équivalent papier.
Lukas est un écorché de la vie, rien n’a été facile pour lui. Il a été rejeté par une mère possédant tous les vices, forcé de faire le trottoir… et a subi la pire aventure de sa vie.
Gabriel, jeune, beau, riche bien sous tous rapports, blessé par celui qui lui a un jour refusé son amour n’aspire aujourd’hui qu’à des rencontres sans lendemain.
Le hasard va réunir ces deux jeunes hommes que tout sépare. Vont-ils réussir à se comprendre ? À s’aimer ?

L’étalon d’outre-tombe de Jean-Paul Tapie

L’étalon d’outre tombe
Jean-Paul Tapie
Roman de 257 000 caractères, 44 700 mots, le livre papier fait 178 pages.
Le corps de Kevin P. est retrouvé flottant sur un des lacs du Bois de Boulogne.
Ce jeune acteur était plus apprécié pour son physique que pour son talent.
S’est-il suicidé ou l’a-ton suicidé ?
Paul S. un ami d’enfance devenu scénariste enquête.
Entre sexe, argent et politique, le mystère s’épaissit.
Pourquoi Kevin P. est-il mort ?
Qui pouvait en vouloir à ce beau garçon que les médias ont baptisé L’Étalon d’outre-tombe.

Hot Mustang and co… 2 de NM Mass

Hot Mustang 2
NM Mass
Roman de 475 000 caractères, 85 000 mots, le livre papier fait 316 pages.
Ces derniers mois, la vie de Lysander, propriétaire d’une chaîne hôtelière et fidèle Biker, part dans tous les sens. L’annulation de son mariage, puis la menace de mort du chef d’un autre club, et cette super déculottée où il a failli y laisser sa peau.
Et maintenant… ça ! Ça ?
Oui ça, c’est Wild, le taciturne, Wild, le secret, Wild, le sexy, Wild, Wild Wild ! Wild et ses putains
de lunettes noires qui ne quittent jamais son nez. Wild et cette aura extraordinaire qui éveille le désir de Lys.
Et ce Wild ? Que fait-il là au juste ? Certes, il est un ami de Phil, le Prés des Hot Mustang, mais pourquoi est-il entré aussi facilement au sein du club ? Qui est-il ? Que cache-t-il ? Que veut-il ? Pourquoi les sens
de Lysander échappent-ils aussi facilement à son contrôle ? POURQUOI ?

Mort à Venise-en-Québec de Serge Fisette

Mort à Venise-en-Québec
Serge Fisette
Roman de 216 000 caractères, 34 550 mots, 180 pages en équivalent papier.
Mort à Venise-en-Québec « s’inspire » de la nouvelle de Thomas Mann, La Mort à Venise (laquelle a déjà fait l’objet d’un opéra, d’un ballet et du célèbre film de Visconti). Qu’en est-il cette fois ? Peut-on parler de croisement ? de pastiche ? d’appropriation ? Un écho, peut-être ? Une empathie assurément ! Dans le récit, nous ne sommes plus en Italie au début du siècle dernier, mais ici et maintenant dans le Québec actuel. Le temps et l’espace ont changé, mais aussi les valeurs, les intérêts et les enjeux. Au fil des pages et des chapitres, qu’adviendra-t-il dès lors du héros amoureux d’un adolescent ? Tandis que le personnage de Thomas Mann finit par mourir sur la plage, comme un destin inéluctable à cette époque-là, ne faudra-t-il pas inventer une fin plus… heureuse aujourd’hui ?
Voilà quelques-uns des questionnements que l’auteur pose tout au long du récit en suivant pas à pas le texte de Thomas Mann, mais sans cesse en le transposant, en le réinterprétant, faisant du personnage principal un héros contemporain.

Présentation de l’auteur
En plus d’avoir été directeur et rédacteur en chef du magazine Espace Sculpture de 1987 à 2014, il est l’auteur de quelques essais : Potiers québécois (Leméac, 1974) ; Symposiums de sculpture au Québec 1964-1997 (CDD3D, 1997) ; La sculpture et le vent. Femmes sculpteures au Québec (CDD3D, 2004). Il est également l’auteur de livres de fiction publiés aux éditions Les Heures bleues, soit : Un été par la suite (2010) ; Abécédaire en forme de mère (2011) ; et Sur le papier devenu miroir (2012).

COUVERTURE : © Jean-Louis Émond, Série Non-Finito II-11, 2010. Médium mixte sur acier galvanisé. 25,5 x 15 cm. Photo : Gérard Ozanne. www.jeanlouisemond.com.

Le dernier Phénix de Alec Nortan

Le dernier Phénix
Alec Nortan
Roman de 525 000 caractères, 91 600 mots, 440 pages en équivalent papier.
Quand Éric se rend en Écosse pour un entretien d’embauche, il espère que sa vie va enfin s’améliorer. Mais son voyage tourne court lorsque deux inconnus le kidnappent et l’emmènent de force dans le Montana. Ces derniers, deux fous se prenant pour des dragons, tentent de le persuader qu’il est en réalité un phénix, le dernier de son espèce disparue il y a bien longtemps, et que leurs vies sont liées. Pour survivre, Éric devra non seulement découvrir la vérité sur ses tourmenteurs et remettre en question tout ce qu’il croyait savoir de lui-même, mais également tenter de raisonner son cœur.

Les 6 couleurs de l’obscurité de Yann Bel Ange Kienga

Les six couleurs de l’obscurité
Yann Bel Ange Kienga
Tome 1 : Grise Obscurité
Yann Bel Ange Kienga
Roman de 286 000 caractères, 48 500 mots, 240 pages en équivalent papier.
Ce roman raconte, en parallèle, l’histoire d’une puissante organisation activiste tristement tourmentée par le président des USA, ainsi que celle de l’inconcevable amour entre un jeune musicien gai et d’une célèbre actrice-activiste lesbienne.
Inspiré des romans de la saga Twilight – relatant l’histoire d’un vampire et d’une humaine – écrit par Stéphanie Meyer, ainsi que de Cinquante Nuances de Grey – l’histoire amoureuse d’un masochiste et d’une vierge – écrit par E.L James ce roman possède à la fois ce côté sombre, fascinant et passionnant.

Ce texte est écrit par un Congolais vivant au Cap en Afrique du Sud, la seule vile gay friendly du continent africain.

L’amour en cage de Taram Boyle

L’Amour en cage
Taram Boyle
Roman de 210 600 caractères, 43 000 mots.
Julien, grand brun au regard ténébreux, rencontre Valentin, un blond magnifique, dont il tombe éperdument amoureux. Mais Valentin, bien que doté de tous les charmes, supporte difficilement qu’on le touche. Julien a des pulsions sexuelles envahissantes et va devoir choisir entre exprimer librement sa sexualité avec des amants occasionnels ou s’investir sérieusement dans un amour qui pourrait bien ne jamais le satisfaire.

Mets-moi en émoi de Marie Laurent

Mets-moi en émoi
Marie Laurent
Roman érotique de 301 500 caractères, 51 500 mots. la version papier fait 210 pages.
— Je t’ai vu reluquer le môme. À ton avis, il en est ou pas ?
— Tu sais, à cet âge, ils en sont tous plus ou moins. Vu la montée des hormones, il suffit de les pousser de l’un ou de l’autre côté, observa son ami avec un certain cynisme.
— Tu n’as tout de même pas l’intention de… ?
— Si, pourquoi pas ? Il s’ennuie à crever dans ce trou. Un peu de distraction ne lui ferait pas de mal. Toi, tu es jaloux, ajouta-t-il devant la mine renfrognée de son ami. Si tu veux le baiser, je te le laisse.
Archie haussa les épaules.
— Je les aime plus baraqués. Non, sérieux, ce gamin risque de tomber de haut.
— Ça lui fera des souvenirs pour les dimanches de pluie. Je ne te croyais pas si moraliste.